Saturday, February 19, 2011

dialogues sur l’éloquence de la nature humaine – (1) notre musique, ma comédie-fleur-d’amour

Premier Acte
Monologue avec Paul Verlaine

La musique n’est pas avant toute chose
elle est la couleur du silence,
pour prendre le silence des vents
mélodieux, comme la quiétude des mots
plus vagues et plus solubles dans l’air,
qui prends l’éloquence d’un geste, mon geste d’amour

Et, en train d’énergie, en train de m’enlacer par derrière
de demander ma main, mes gestes, l’écriture de mon coeur
le silence — des reminiscences qui me murmurent
comme l’esprit impur et le destin cruel
le silence est avant la musique
qu’est avant quelqu’un, et derrière

Il eparse au vent crispé du matin
il pénètre habilement le domaine des sons et des mots
et alors il parle fort et clairement
il souffle son murmure, l’expression de son visage
image de moi, au nom de touts les hommes
de le silence encore et toujours!

La musique
donc le silence

Le silence
la quiétude des sons et des mots

L’expression d’une vie
la musique et le silence qui parle
au nom de cette quiétude d’une expression
pour contenir la vie
tout est organisé pour canaliser le silence
qui prends les gestes
les gestes d’amour   

Qu’on veux rester, qu’on sent qui fuit d’une âme en allée
vers d’autres cieux à d’autres  
c’est pour cette raison
que la musique est avant toute chose
quelque son, quelque mot, quelque murmure
la musique est avant l’éxpression d’amour



Trois poèmes que je dédie au Silence d’un Mot, une Beauté qui me réveille la musique, le silence d'amour

No comments: